Notes d'actualité
18 décembre 2017

Les femmes sont-elles exclues ou oubliées des droits de l’Homme ?

Les récents évènements survenus aux Etats-Unis concernant le comportement délinquant d’un grand professionnel de l’univers de la « mise en scène »  a contribué à libérer la parole des victimes, d’une partie extrêmement importante de l’humanité : les femmes.

L’agression, la souffrance, les violences faites aux femmes apparaissent désormais enfin aux yeux du monde comme inacceptables.

Surprenant, il aura fallu ce choc pour que les médias, les bonnes consciences, s’alarment avec force sur cette forme de « génocide ».

Quelles que soient les situations  professionnelles, culturelles ou sociales (précarité, immigration, etc.), les femmes ne cessent de payer le prix fort de ce qu’elles sont !

Disons-le enfin, dans toutes les situations d’extrême souffrance, on les oublie, on les minore parce qu’on préfère parler de façon générique d’un phénomène de violence.

Cette indignité humaine concerne l’ensemble de la planète.

Ne serait-ce qu’en France, en 2016, tous les 3 jours, une femme a été tuée par son mari, son ex-partenaire…sans compter les 70 000 viols déclarés, commis, dont près de 3000 dans le cadre de la relation conjugale.

Trop souvent, on se borne à invoquer les droits de l’homme de façon générale en oubliant la moitié de l’humanité. Trop souvent, les femmes sont associées à des actions ou des violences qu’elles subissent en termes culturel, public ou familial, sans aller jusqu’au fond des choses. Les femmes ont trop subi des histoires qui n’étaient pas les leur (des hommes déclarent et font des guerres, les femmes les subissent). Il est temps de relativiser notre vision et d’écrire une autre perception de vie à l’aune, non plus des droits de l’homme mais des droits humains !

Hélène PICHON

Directrice des relations avec les institutions

Loïc TRIBOT LA SPIERE

Délégué Général